Une histoire éternelle à Rochecorbon

 
A la fin de la seconde guerre mondiale, Cocteau entreprend un projet majeur  : l’adaptation au cinéma du célèbre conte populaire La Belle et la Bête.
Vous savez…une histoire éternelle la la la la la…
 
 
Et le Val de Loire dans cette histoire, me direz-vous??
 
Eh bien c’est à Rochecorbon, à côté de Tours, et plus précisément au Moulin de Touvoie, que Cocteau et toute l’équipe de tournage, dont Jean Marais et Josette Day, posent leurs valises à l’été 45 !
 
photo@P.Olivier
 
L’équipe de tournage, logée à Tours, apprécie l’accueil des habitants, la douceur du Val de Loire, fréquente les guinguettes du coin et les caves de Rochecorbon bien sur !
 
Mais le tournage rencontre de nombreuses difficultés…les contraintes de la guerre, les difficultés techniques, les jalousies professionnelles, l’accident de cheval d’une comédienne, Cocteau affaibli, ou encore Jean Marais alité huit jours…Sans oublier les avions de la base aérienne de Parçay-Meslay qui perturbent les prises de son et de vue au premier rayon de soleil ! L’opiniâtreté de Cocteau permet tout de même de finir le tournage.
 
Le Moulin de Touvoie est fermé au public, mais tout est resté intact depuis 1946. Imaginez le truc.
 
 
 
Revoir ce classique du cinéma français, c’est apprécier son charme, son onirisme… et  avoir un regard particulier sur les scènes extérieures filmées en Touraine.
 
Coeur avec les doigts.